En marche en mars ;-)

(Top dédicace aux macronistes qui vont réaliser ce que signifie être « en marche » !)

Le 5 mai 2013, nous nous sommes rassemblés par dizaines de milliers pour réclamer une 6è République, en pleine affaire Cahuzac. Nous ferons de même le 18 mars 2017, cette fois-ci en pleine affaire Fillon.

Le ver de la corruption paraît profondément logé dans le fruit politique, dégageant inévitablement une mauvaise odeur de « tous pourris ». Celle qui surfe sur ce ressentiment, madame Le Pen, est elle-même soupçonnée d’emplois fictifs et de combines financières avec le micro-parti « Jeanne » (au-secours). Quant à monsieur Macron, qui voudrait transcender les partis, outre son financement auprès du patronat londonien, on le suspecte de s’être généreusement servi de l’argent de son précédent ministère pour mettre au point sa campagne.

Et c’est dans ce paysage déjà suffisamment puant comme cela qu’une loi vient d’être adoptée (sous un gouvernement de gôche !) permettant un droit à l’oubli – une prescription – des délits financiers 12 ans après que ceux-ci aient été commis. Circulez, il n’y a rien à voir. En revanche, ne vous avisez pas de voler un steak au supermarché…

Pendant ce temps, la campagne présidentielle patauge. D’un côté, on n’entend plus parler que de gros sous, de convocations judiciaires et de mises en examen ; de l’autre, on ne jure que par accords électoraux, additions boutiquières et ralliements de dernière minute. La marche pour la 6è République du 18 mars 2017 nous permettra d’aérer le décor en posant enfin, sur le pavé comme sur la table, des idées destinées à tourner la page de ce qui ressemble fort à un Ancien Régime.

La République est une vieille maison en voie – ma foi fort avancée – d’insalubrité ; il s’agit non seulement d’apporter de l’air frais et de passer un bon coup de balais, mais aussi de tout reconstruire. Assez de demi-mesures, de réformes réactionnaires et de ripolinages politiciens ! Alors, vous allez me dire : « Ok, si Mélenchon est élu, il va proclamer SA 6è République ? » Que nenni ! Il mettra en place un programme qui fait une large part à l’implication citoyenne, notamment à travers la reconnaissance du vote blanc et le droit à révoquer les élu-e-s. En parallèle, une Assemblée Constituante de citoyen-ne-s qui n’auront jamais siégé dans une assemblée auparavant, dont une part de tiré-e-s au sort, travaillera en lien direct avec le peuple à ce que sera la 6è République. Ce n’est pas si fou et complexe que cela, si ?

La folie, ce serait de continuer comme avant… La 6è République ne naîtra pas du fait du Prince ou d’experts, mais en sus, elle aura la passionnante tâche de ne pas se borner à des rafistolages institutionnels : portés par la dynamique de l’élection présidentielle (peut-être la dernière de l’histoire de France !), nous pourrons inscrire le triptyque « République sociale, écologique, citoyenne » au cœur de son architecture. Imaginez l’ébullition intellectuelle dans le pays ! Je suis intimement persuadé que c’est de cela dont nous avons besoin pour redevenir un peuple révolutionnaire. Une fois les travaux de l’Assemblée Constituante terminés, Mélenchon s’est engagé à partir. Eh oui !

Vous n’aimez pas Mélenchon ? Votez pour lui ! La formule est piquante, mais franchement… Chirac, Sarkozy, bientôt Hollande, nous avons à chaque fois poussé des « ouf » de soulagement quand ils ont débarrassé le plancher. Pour la première fois de ma vie, je pourrai dire « merci » à un homme politique quand il quittera le pouvoir. Pensez-y !

Le candidat PS, monsieur Hamon, a mené une belle campagne aux primaires de son parti sous perfusion. Il se trouve confronté aujourd’hui à un sérieux problème puisque, soucieux de ne pas s’affranchir du vieux cadre solférinien, le « revenu universel » qui était sa proposition clé n’a aujourd’hui plus rien d’universel. Il lui faut donc une nouvelle idée forte, qu’il est allé piocher dans le programme L’Avenir En Commun. Voici qu’il parle aujourd’hui d’une « Assemblée Constituante » pour la 6è République ! Il y a une semaine, sa 6è république était une République d’experts. Auparavant, monsieur Hamon anticipait déjà, sans ego aucun évidemment, son « second quinquennat ». Sauf que plus tôt encore, il évoquait un « septennat non renouvelable ». Je ne veux pas être méchant, mais le candidat PS sait-il encore où il habite ? « Quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup » disait Aubry à propos de Hollande…

Certains écologistes d’EELV, qui ne mangent pas de ce pain là, ont décidé, plutôt que de se rallier à monsieur Hamon, de rejoindre la campagne de l’insoumission. Souvenons-nous que le 5 mai 2013, de nombreux  membres d’EELV avaient défilé à nos côtés. La constance et la cohérence sont là pour transformer la France en modèle écologique : ce n’est pas seulement la République qui a besoin d’oxygène, c’est aujourd’hui toute la Terre.

Alors ne laissons plus agir impunément les corrupteurs, les lobbyistes, les corrompus, les pollueurs, les parasites en col blanc, les salopards en mocassins à glands et, pour de vrai : en marche !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s