L’écologie insoumise : réponse à un billet publié par Slate.fr

C’est un bien bizarre billet qu’a publié Slate.fr le 31 octobre à propos de Mélenchon et d’écologie. Par « bien bizarre », j’entends drôle et étrange. Les mots que ce texte utilise sont dignes d’attention, bien qu’ils ne distillent essentiellement, sous couvert d’humour, que des sentiments négatifs. Je me suis autorisé une petite analyse dans le respect de l’auteur, qui, je l’espère, pardonnera à l’électeur et simple citoyen soutenant Mélenchon que je suis, ce modeste droit de réponse.

Le texte de Camille Saféris s’intitule « Comment je me retrouve à vouloir voter Mélenchon parce que je suis écolo ». C. Saféris se présente comme électeur écologiste ; il dispose également d’une page Wikipédia, est écrivain, comédien et réalisateur français, voix-off d’une publicité Nike en 2013. Les champs lexicaux qu’il emploie pour évoquer d’une part les électeurs écologistes (dont il fait manifestement partie) et d’autre part la personne et le programme de Jean-Luc Mélenchon pour lesquels il annonce voter prochainement, m’ont interloqué.

À propos des « écolos » : « un peu honte », « électeurs écolos historiques désabusés », « bulletin de vote en bandoulière et enthousiasme dispensable », « cocus annoncés de 2017 », « autant donner son vote à celui qui chante la chanson que nous avons le plus envie d’entendre », « nous en sommes réduits à », « écologistes les plus nuls du monde », « [événement] psychanalytique », « bobo sceptique », « cette fois nous sommes cuits, à genoux, implorants », «  tout est perdu », « bobolands ».

À propos de Jean-Luc Mélenchon et de notre programme : « ruse grossière », « com’ à pisser de rire », « soudain » (comme si Mélenchon avait intégré l’écologie à son programme du jour au lendemain…), « entre deux Mélenchonnades », « l’apparatchik », « guignolade », « grosses ficelles », « peinture verte », « imposture », « n’importe quoi », « mascarade », « néo-hipster », « créneau du taboulé au quinoa », « le gentil Jean-Luc Mélenchon qui porte un slip vert », « la peine qu’il prend à faire semblant », « le mal qu’il se donne à nous faire rire au quotidien », « faut quand même pas déconner » (appel à voter Juppé au second tour).

Que de négativité ! Si l’on cumule les propos concernant EELV et ceux concernant Mélenchon ci-dessus relevés (oui, je me suis amusé à faire ça),  le texte que nous étudions comprend 28 formules assassines et / ou désespérées en 11 paragraphes et 78 lignes (selon la mise en page de Slate.fr). Cette noirceur – que j’ai pu en partie partager autrefois, et dont je ne fais aucun reproche à l’auteur – doit nous interpeller. Prenons certes acte du côté possiblement second ou onzième degré de ces expressions – ce n’est pas parce qu’on est des gens sans pages Wikipedia qu’on va s’empêcher de penser (je taquine).

Mélenchon animaux

Le dépit des électeurs écologistes et / ou « socialistes » est compréhensible et nous l’avons auparavant tous plus ou moins ressenti. Que ce dépit éclabousse de noirceur et de dédain le candidat pour lequel on prétend voter mérite en revanche quelques interrogations amicalement soupçonneuses. Entre deux blagues sympathiques, des contrevérités voire des mensonges traversent ce billet trop cruel pour être totalement honnête. Ainsi de l’affirmation selon laquelle Mélenchon est devenu « soudain » écologiste, ce qu’on lui reprochait déjà… en 2008 ! La devise du Parti de Gauche dont il fut co-président jusqu’en 2014 n’est-elle pas « Écologie – Socialisme – République » ? Quid du Manifeste pour l’écosocialisme (2013) ? Mais je ne vais pas argumenter plus avant à ce sujet : il suffit de lire et d’écouter les multiples interventions de J.-L. Mélenchon sur le thème de l’écologie ces dernières années (sur son blog, dans ses livres – notamment L’Ère du Peuple –, à la téloche un soir chez Ruquier où il a brillamment traité de la condition animale).

Le programme de la France Insoumise pour 2017 fait une très large (et nécessaire) place à l’écologie, qu’il s’agisse de Règle Verte, d’agriculture paysanne, de circuits courts, d’alimentation bio à la cantine, de sortie du nucléaire,  d’économie de la mer et même de dépollution de l’orbite terrestre. Quelle autre personnalité politique évoque en plein meeting (convention de la France Insoumise, Lille, 16 octobre 2016) l’éco-construction des habitations ou la gestion des forêts par l’ONF ? Pour le reste, je renvoie à l’un de mes précédents billets, plus « optimiste » que celui dont nous discutons…

Oh, oui, on peut se méfier de Mélenchon, s’inquiéter du risque de promesses non tenues. Mais enfin, Mélenchon ne propose-t-il pas le référendum révocatoire, qui permettrait de virer tout élu si nous sommes déçus de son comportement et de ses décisions en cours de route ? Ne propose-t-il pas de s’effacer au profit d’une nouvelle République « sociale, citoyenne et écologique » ? Cela mérite-t-il tant de mépris ? Reprenons goût au futur, bon sang !

Inutile et – pardon – idiot que d’appeler, comme le fait C. Saféris, à voter Juppé au second tour – j’en ai d’ailleurs déjà parlé ici. Pour mon humble part, j’appelle d’ores et déjà à voter Mélenchon au premier comme au second tour ! Sinon, pas la peine de se lancer dans la bataille. L’écologie, l’alimentation, la dépollution, la prise en compte de la souffrance animale peuvent être, si j’en crois mes quelques discussions avec des passants ce matin tandis que nous distribuions des tracts, des thèmes forts qui feront la différence en 2017.

En fait, je voudrais surtout revenir sur une phrase du billet de C. Saféris, selon laquelle Mélenchon « assure sans rire que la lutte écologique rejoint la lutte sociale ». Eh bien oui, pourquoi devrait-on en rire ? La sortie du nucléaire n’est-elle pas indissociable de la question sociale (on parle tout de même de milliers de postes) ? La planification écologique, avec la relocalisation et l’économie de la mer, pourrait créer des centaines de milliers d’emplois. Quand Nexcis, filiale d’EDF concevant des vitres solaires, a été fermée, ne s’agissait-il pas aussi d’une question sociale ?

Ceux qui séparent l’écologie du social sont ceux qui considèrent que l’écologie peut être « ni de droite ni de gauche ». C’est-à-dire de droite. Souvent les mêmes qui croient qu’une croissance illimitée est possible dans un monde aux ressources limitées. Or, quelqu’un a déjà démontré dans les termes les plus clairs, au détour d’un pavé littéraire et philosophique publié voici 150 ans, qu’écologie et social s’embrassent intimement. Nous serons les enfants de cette union qui a pour synonyme insoumission.

Place à Karl Marx 😉

marx-ecologie

2 réflexions sur “L’écologie insoumise : réponse à un billet publié par Slate.fr

  1. Merci pour cette réponse. Dommage qu’elle ne sera sans doute pas lue par cet hôte de Wikipédia 🙂
    J’avais lu ce billet de C. Saféris. Je me demandais si c’était du lard ou du cochon. Pour finalement trancher que c’était du venin venant de quelqu’un qui aimait s’écouter parler. Billet qui ne faisait pas avancer d’un poil la cause de l’écologie qu’il semblait défendre.
    J’ai cessé de voter pour les Verts en 2005 (je le faisais depuis la campagne présidentielle de René Dumont) . Car il était évident que la grande majorité n’avait pas fait d’analyses correctes sur les conséquences écologiques des questions sociales et économiques et qu’ils se trompaient lourdement sur l’Europe qui se mettait en place.
    A l’époque Martine Billard, alors responsable au sein des Verts avait milité, elle, pour le non. C’est tout à fait naturellement qu’elle a fini par rejoindre JLM et par devenir coprésidente du PG en 2009.
    Donc, non JLM ne s’est pas verdi récemment et par opportunisme. Dès 2008 son discours écologique réfléchi a permis à beaucoup de personnes de sensibilité écologique, à lui reconnaître une valeur sur ce terrain et à le rejoindre (militants ou simple votants).
    Il semble que l’hémorragie continue chez les militants et les sympathisants EELV. Il est de bonne guerre que ce fait en irrite plus d’un.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s