Climbin’ on top of the hill

« Pourquoi est-elle si cachée, la vérité, et si lointain le pays des rêves,
Que le pied du grimpeur trébuche sur l’abrupt sentier ;
Dans le lointain violet peut bien brûler une étoile d’or rouge,
Il est des ronciers sur la montagne et les pieds las ont saigné.

Les fermes et les feux lui disent : « Arrête ! »
Et le poids de son corps est un fardeau de plomb.

[]

Cymbales retentissantes, chalumeaux d’airain,
Hymnes lointains de planètes innombrables,
Céleste labyrinthe de psaumes à pleine voix.

C’est seulement lorsque le cœur est en paix,
Lorsque l’âme est émue d’amour
Que nous pouvons écouter ces voix
Étoilées chantant là-haut. »

James Joyce, Poèmes de jeunesse

DSC_0080

 DSC_0108

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s